02:19:54

Atypic-Flux.fr : Le Magazine en Flux RSS

    Ce magazine entièrement réalisé à partir de Flux RSS est proposé par
   
L'Agence conseil en référencement : Atypicom

    Atypicom est située à Mérignac, près de Bordeaux (Aquitaine). C'est une
    agence de communication interactive, spécialisée depuis sa création
    dans la création et la refonte de site internet, et plus particulièrement 
    dans le conseil en référencement et positionnement de site web.

Publicité

Dernier fils RSS

citycle Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Loisirs - Vélos

Actualité du vélo sur internet

Actualité pour rouler à vélo en ville en toute sécurité et faire du cyclotourisme

  • — Marquage de vélo à Caen, à la rencontre des Dérailleurs de Caen

    Le marquage Bicycode semble être aujourd'hui la meilleure solution pour limiter le vol de vélo. Face à l'augmentation des chiffres du vol de vélos, certaines associations ont décidé de réagir. Elles encouragent les cyclistes à marquer leur vélo, et proposent même de le faire gratuitement, comme à Caen. Nous avons pu échanger avec Christine Corbin, présidente de l'association caennaise Dérailleurs de Caen.

    Le marquage Bicycode, une technique de gravage anti-vol de vélo
    Le marquage Bicycode consiste à graver sur le cadre du vélo un numéro unique. Ce numéro d'immatriculation est ensuite référencé dans un fichier national déclaré à la CNIL. Et peut être consulté par les services de police et de gendarmerie nationale. Ainsi, lorsqu’un vélo gravé est déclaré volé, il est possible de l'identifier grâce à ce numéro et de retrouver facilement le propriétaire du vélo pour lui restituer sa monture. Le marquage Bicycode permet également d'avertir un potentiel acheteur que le vélo a auparavant été dérobé et qu'il s'agit d'un recel.

    Sur 400 000 vélos volés par an en France, la police en retrouve environ 150 000. La plupart ne peuvent toutefois pas être rendus à leur propriétaire car il est impossible de les identifier. Le Bicycode est clairement une réponse à ce problème.

    « C'est un système qui évite beaucoup le vol du vélo. De plus en plus d'assureurs le demandent aux personnes qui possèdent des VAE et qui souhaitent les assurer. »

    Lors de l'annonce du plan vélo national à Angers le 14 septembre 2018, l’immatriculation obligatoire des vélos a, par ailleurs, été évoquée. Dans un premier temps pour les vélos neufs, puis pour tous les vélos d'occasion. Une mesure qui pourrait s'inspirer, voire carrément reprendre le système du marquage Bicycode.

    Le marquage de vélo à Caen
    Un après-midi par mois, la Maison du Vélo de Caen, qui héberge une demi-douzaine d'autres associations dont l'atelier vélo Velisol', ouvre ses portes aux cyclistes de l'agglomération. Les bénévoles de l'association Dérailleurs de Caen s'affairent alors à marquer les vélos des intéressés. Le marquage est totalement gratuit, ce qui incite d'autant plus les caennais à venir faire graver leurs montures.

    « Il y a souvent la queue, et beaucoup de vélos marqués lors des sessions de marquage, ça marche vraiment fort. »

    La Maison du Vélo de Caen communique auparavant auprès de la presse locale et sur internet pour annoncer la journée et le lieu du marquage. Parfois en effet, l'opération se délocalise dans un autre endroit.

    © Dérailleurs
    Pour les caennais, la lutte contre le vol de vélo n'est pas nouvelle. La machine pour marquer les vélos a été achetée par le Conseil Départemental il y a maintenant plus de 10 ans.

    Les Dérailleurs, des rails et du vélo
    Porter la voix des cyclistes auprès des institutions
    Mais l'association caennaise ne fait pas que du marquage de vélo à Caen. À l'origine, l'association a été fondée par trois instituteurs qui souhaitent l'enlèvement des rails de la voie entre Caen et Clécy, qui est aujourd'hui devenue une voie verte, et une portion de la Vélo Francette. D'où le nom de l'association, Dérailleurs de Caen, né de ce double-sens d'enlever les rails, et référence au dérailleur du vélo. Ils se sont très rapidement intéressés à toutes les problématiques de déplacement à vélo en ville. Et l'association est devenue au fil des années un interlocuteur privilégié des services techniques et des élus de la ville de Caen et de la communauté urbaine de Caen la mer. Une antenne a également vu le jour à Bayeux et fait doucement son chemin.

    « Notre mission essentielle est de faire évoluer et la pratique du vélo dans la ville et dans les environs, et les aménagements pour que les cyclistes soient plus à l'aise et osent se lancer. »

    © Dérailleurs
    En 2018, l'association réalise une cartographie très précise de tous les aménagements cyclables des 50 communes de Caen la mer. Et ajoute des commentaires sur les entrées, sorties, le revêtement ou le balisage. Les aménagements sont ainsi notés, pour convaincre les différentes mairies d'améliorer leurs infrastructures vélo.

    « On a entièrement cartographie les aménagements cyclables, et on essaye régulièrement d'aller voir les maires de Caen la mer avec ce document pour essayer d'améliorer les aménagements cyclables de la communauté urbaine. »

    Mission voyage à vélo pour les Dérailleurs de Caen
    Au-delà de son rôle de lobby et de consultation auprès des pouvoirs publics pour « faire entendre la voix des cyclistes », l'association a un rôle d'information auprès des usagers du vélo. En plus du vélo au quotidien, elle souhaite également inciter les caennais à voyager à vélo.

    « Nous travaillons aussi beaucoup avec le Conseil Départemental pour qu'il y ait de véritables aménagements qui soient fait pour le loisir. »

    © Dérailleurs
    Tous les mois, elle organise d'ailleurs une promenade pour amener les caennais se balader autour de Caen le dimanche matin. Une sortie d'une semaine est également organisée une fois par an à la découverte de la Normandie.

    « On essaye vraiment de réunir autour de nous des gens qui n'osent pas trop se lancer à vélo et qui ont envie de découvrir cette manière de se déplacer. »

    >> A LIRE AUSSI : choisir un antivol vélo efficace

    Vous pouvez retrouver les Dérailleurs de Caen sur leur site internet.

    L’article Marquage de vélo à Caen, à la rencontre des Dérailleurs de Caen est apparu en premier sur Citycle.

  • — La Maurienne à vélo, « le plus grand domaine cyclable du monde® »

    Au sud de la Savoie, la Maurienne s'étend sur 120 km de Grenoble à l'Italie. Cette vallée alpine est sans doute un des meilleurs terrains de jeu français pour les cyclistes, que ce soit en vélo de route, en VTT ou en VAE. Petit tour des itinéraires de La Maurienne à vélo.

    « La Maurienne le plus grand domaine cyclable du monde® »

    Avec 60 itinéraires pour vélo de route, 11 grands cols, 4 grands sites de VTT et 79 établissements équipés pour accueillir des cyclistes, la Maurienne fait partie des régions incontournables des amoureux du vélo.

    © Maurienne Tourisme
    Depuis 2010, Maurienne Tourisme fait rayonner ses belles routes et ses itinéraires cyclables au travers de sa marque « La Maurienne le plus grand domaine cyclable du monde® ». En perpétuelle évolution, elle essaye également de s’adapter aux attentes des cyclistes et leur offrir une expérience toujours plus exaltante dans la vallée la plus « cyclo » de France. Chaque saison, de plus en plus de cyclistes rejoignent la vallée pour pratiquer le domaine. Cette évolution serait impossible sans l’investissement des hébergeurs et des commerçants de la région qui offrent de véritables services adaptés aux amateurs de vélo. En 2013, Maurienne Tourisme avait notamment lancé avec IPSOS une grande enquête avec pour faire connaitre la marque et répondre aux interrogations des acteurs de la région.

    Des cols mythiques
    La Maurienne est aussi la vallée qui compte la plus grande concentration de cols mythiques au monde. Du Galibier à la Madeleine en passant par l'Iseran ou le Télégraphe, ils font partie des légendes du cyclisme et du Tour de France.

    © Maurienne Tourisme
    Pour permettre à tous les passionnés de profiter de ces ascensions légendaires, la Maurienne a lancé "Mountain Collection". Du 23 juin au 29 août 2019, prenez le départ d'une des 18 étapes organisées à l'assaut des plus beaux cols des Alpes. Col de l'Iseran, Col de La Croix de Fer, Col de la Madeleine, Galibier... À cette occasion, la route est fermée aux voitures pendant la durée de chaque étape. Ce challenge, non chronométré, est ouvert à tous les cyclistes, confirmés comme amateurs en vélo de route, VTT, VAE ou tandem.

    © Maurienne Tourisme
    La Maurienne à vélo : les itinéraires et circuits
    Des petites boucles cyclotouristiques aux ascensions des grands cols mythiques, il y en a pour tous les niveaux. Le site recense et détaille de nombreux parcours vélo, classés en 4 catégories de difficulté, du facile au très difficile (vert, bleu, rouge et noir), qui raviront tous les amoureux de la petite reine et de la montagne.

    Un Tour aux Portes de Maurienne autour d'Aiguebelle - 23 km - Facile
    © Maurienne Tourisme
    Départ du petit village d'Aiguebelle, une vingtaine de kilomètres au sud d'Albertville. Vous vous dirigerez d'abord vers le lac de Charbonnière. Les premiers coups de pédale sont les plus dur de la balade. Avec 5 premiers kilomètres d'ascension en sous-bois vers Saint-Georges-d'Hurtières, à 600 m d'altitude. Un effort qui en vaut la peine tant le panorama sur la vallée de la Maurienne est superbe à cet endroit. Vous redescendrez ensuite par Saint-Alban-d'Hurtières puis Saint-Pierre-de-Belleville. Puis traverserez ensuite la RD 1006 pour rejoindre le paisible village d'Argentine. La suite de la balade vers Randens comporte une petite bosse dont vous viendrez facilement à bout, avant de revenir à Aiguebelle.

    « Une belle boucle accessible pour découvrir l'entrée de la vallée de la Maurienne à l'écart des grands axes de circulation. »
    - Maurienne Tourisme

    La Montée de la Planchette à Saint-Jean-de-Maurienne - 21,4 km - Difficile
    © Maurienne Tourisme
    Parcours un peu plus difficile, on se retrouve cette fois à Saint-Jean-de-Maurienne. Les 11 premiers kilomètres en direction de Saint-Michel-de-Maurienne sont relativement plats et faciles. Puis vous tournez à gauche vers Saint-Martin-de-La-Porte pour le début de l'ascension de 10 kilomètres. Vous traverserez d'abord les hameaux de La Porte et de La Villette puis celui de La Planchette, qui signe la fin de la balade.

    « Dominée par la Croix-des-Têtes, cette montée s'effectue dans un havre de calme et de tranquillité. »
    - Maurienne Tourisme

    Montée au Lac de la Grande Léchère, La Chambre - 16 km - Très difficile
    © Maurienne Tourisme
    Pour cette dernière balade à vélo, 1 210 m de dénivelé sont au programme sur une route peu fréquentée. Rendez-vous au village de La Chambre, au bord de l'autoroute A43 qui va en direction du tunnel du Fréjus. Vous prendrez la direction de Notre-Dame-du-Cruet, puis de Montgellafrey et ses étonnants fours à pains sur les pourcentages les plus élevés du parcours. Si vous êtes curieux, et en avez encore dans les jambes, profitez-en pour faire un petit détour à Saint-François-Longchamp pour visiter l'église Saint-Théodule. Sinon, vous tournerez ensuite à gauche vers Le Bey puis continuerez les 8 derniers kilomètres de l'ascension vers le magnifique lac de la Grande Léchère. De là, profitez d'un point de vue immanquable sur la chaîne de Belledonne et les Aiguilles d'Arves.

    Des très beaux circuits VTT, cross-country et enduro
    La vallée de la Maurienne offre également en été des sentiers très intéressants pour vététistes, quel que soit leur niveau. Des balades faciles comme le Tour du Châtel à Albiez-Montrond. 2km autour de la petite butte du Châtel avec seulement 30m de dénivelé. Ou le Circuit des Truites à Val-Cenis qui ravira les débutants et les familles qui recherchent une balade à VTT accessible en offrant de splendides panoramas sur les 5 km de parcours ou il faudra franchir 110 mètres de dénivellation.
    >> A LIRE AUSSI : discipline VTT : parcours, réglementations et vélo tout terrain
    Aux plus difficiles, comme La Diabolique, une boucle de 2,2km sur la station de Valfréjus avec comme son nom l'indique, des pentes relativement raides ! Pour les amateurs d'enduro, direction la Moulinator 1 à Aussois. Une belle piste enduro, assez technique pour une descente de 133m sur 5,8 km. Vous voici prêts à parcourir la Maurienne à vélo ! N'hésitez pas à nous faire des retours à media@citycle.com si vous vous lancez à l'aventure.
    >> A LIRE AUSSI : découvrir de nombreux itinéraires vélo en France

    L’article La Maurienne à vélo, « le plus grand domaine cyclable du monde® » est apparu en premier sur Citycle.

  • — Le Tour de Creuse à vélo

    Et si vous passiez vos prochaines vacances à vélo dans la Creuse ? Direction aujourd'hui une région trop méconnue et souvent sous-estimée, mais pourtant riche d'un patrimoine culturel et naturel remarquable. Attachez vos sacoches, on vous embarque sur le Tour de Creuse à vélo.

    Le Tour de Creuse à vélo, un itinéraire varié et naturel
    Des gorges de la Creuse à la vallée des peintres en passant par le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin, le tour de Creuse offre une boucle de 325 km autour du département. Le tout dans une campagne bucolique, aux paysages changeants et variés entre rivières, étangs, vallées, cités médiévales et jolis petits villages creusois

    © mountnpass
    Un itinéraire vallonné mais facile
    Au cours de cette balade, vous serez confronté à quelques portions montantes mais toutefois sans grandes difficultés. La première partie entre Crozant et Royère de Vassivière, par exemple, comporte deux belles côtes à Villemonteix et Saint Pardoux Morterolles. Les cuisses vont aussi chauffer pour franchir la côte de 5 km qui permet d'accéder au village de Toulx-Sainte-Croix au nord est, ainsi que pendant la traversée accidentée des gorges de la Creuse.

    « La Creuse n’a pas de creux, que le nom. Elle propose des descentes vertigineuses et des montées redoutables. À 13h30, grâce à un rythme soutenu, nous franchissons la barre des 50 Km, pris de confiance, on a tapé dans le gras, on a explosé le compteur. C’est dans cet esprit que nous débarquons dans le village d’Aubusson, en bordure du parc de Millevaches. Nous voilà prêts à en découdre, et nous sommes bien reçus. Les paysages sont magnifiques, les villages coincés dans le temps, ont des allures d’époque médiévale, des arbres centenaires en bords de route, et une omniprésence du vert sur un ciel bleu azur. Le contraste est saisissant et nous gonfle à bloc. »
    Guillaume et Laurent - 1200 km - 13 jours - blog.cyclofix.com

    Une balade idéale à l'automne
    La Creuse connait régulièrement, en septembre et jusqu'à la Toussaint, un été indien avec un temps doux très agréable. Un cadre idéal pour faire du vélo et profiter de cette véloroute. Le printemps peut aussi être une belle saison pour effectuer cet itinéraire, bien qu'il puisse parfois se montrer variable, avec l'apparition de belles journées assez tôt et un retour du froid rapide. L'été est cependant à éviter puisque les températures peuvent monter jusqu'à 28°C en moyenne, avec quelques petites périodes de fortes chaleurs alternées d'orages violents. De la même façon, même si l'hiver est rarement très froid, le mercure peut facilement descendre sous le zéro et connait toutefois des vagues de froid.
    Ne ratez pas Le Scénovision de Bénévent-l'Abbaye. Ouvert toute l'année, ce parcours spectacle retrace l’histoire d'une jeune paysanne creusoise du début du siècle dernier. La région accueille également de nombreuses foires et de festivals tout au long de l'année mettant à l'honneur le terroir.

    Une balade sur des petites routes tranquilles
    © ADRT23
    L'itinéraire du Tour de Creuse à vélo est entièrement aménagé sur des petites routes à faible trafic. L'ensemble du parcours est balisé. La signalétique de la véloroute est reconnaissable à sa couleur verte et blanche.
    Le Tour de Creuse est découpé en 4 sections : la véloroute ouest de Crozant à Chatelus le Marcheix, sud de Chatelus le Marcheix à Royère de Vassivière, est de Royère de Vassivière à Boussac et nord de Boussac à Crozant.

    En immersion dans la Creuse à vélo
    De vallées en vallées à travers les petits villages creusois
    © Renaud Camus - Flickr
    Pour débuter cette véloroute, rendez-vous à Crozant, un tout petit village de la Creuse, au confluent de la rivière du même nom et de la Sédelle. Dominé par les ruines de son ancienne forteresse médiévale, le village marque aussi l'entrée de la vallée des peintres. Une nature préservée et sauvage qui a attiré et inspiré, comme la Normandie, de nombreux peintres impressionnistes parmi lesquels Claude Monet, Armand Guillaumin ou Francis Picabia notamment. Direction ensuite La Souterraine, une petite cité médiévale qui regorge de nombreux trésors. Église Notre Dame, crypte, fortifications, et coquilles St Jacques qui balisent la route vers la Porte St Jean. Vous franchirez alors la Vallée de la Gartempe puis traverserez Grand Bourg avant d'arriver à Bénévent-l’Abbaye où vous pourrez admirer son abbatiale du XIIe siècle.
    >> A LIRE AUSSI : promenade à vélo en Normandie impressionniste sur la véloroute du Lin

    © BiacheB - Wikimedia Commons
    L'itinéraire continue ensuite jusqu'à Châtelus-le-Marcheix, un joli village encaissé dans les gorges du Thaurion. Puis jusqu'à l'ancienne cité médiévale du XIIe siècle de Bourganeuf. Vous y trouverez sa célèbre Tour Zizim, construite au XVème siècle pour servir de prison au prince ottoman Cem Sultan. Après Saint-Martin-le-Château, où vous pourrez vous détendre à la Cascade des Jarrauds, la véloroute continue vers le sud jusqu'au Lac de Vassivière qu'elle longe sur plusieurs kilomètres. Encore quelques coups de pédale et vous atteindrez Royère de Vassivière, sur le plateau de Millevaches.

    Sur la route de la tapisserie
    © Lionel Allorge - Wikimedia Commons
    L'itinéraire Creuse à vélo file ensuite vers l'est pour continuer le tour du département à travers le Parc Naturel Régional de Millevaches. Vous longerez notamment le Lac de la Vaud-Gelade, avant de remonter vers Felletin, le berceau de la tapisserie. Puis vous prendrez la route de la tapisserie jusqu'à Aubusson, labellisée “Plus Beaux Détours de France” avec sa Cité Internationale de la Tapisserie.

    © Félix Potuit - Wikimedia Commons
    La véloroute remonte ensuite au nord et parcourt plusieurs dizaines de kilomètres en pleine nature, au fil de l'eau. Vous passerez d'abord l’étang de la Naute à Champagnat où vous pourrez en profiter pour piquer une tête ou vous arrêter pour pêcher. Puis l’étang des Landes à Lussat, le plus vaste du Limousin. Véritable réserve naturelle, il abrite de nombreuses espèces animales et végétales. Vous arriverez ensuite à Chambon sur Voueize, désigné 3ème "village préféré des Français” en 2014 avec son imposante église Abbatiale Sainte Valérie, un édifice roman du XIe siècle.

    Sur les traces de George Sand aux gorges de la Creuse
    © Daniel Jolivet - Flickr
    Après avoir contourné l'aérodrome de Montluçon Guéret, vous traverserez Bord-Saint-Georges. Puis monterez jusqu'au petit village de Toulx-Sainte-Croix et son mystérieux site des "'Pierres Jaumâtres" qui selon la légende, serait un refuge et paradis des fées. Vous entamerez ensuite une longue descente vers Boussac. Perché en haut d'une falaise, un imposant château du XVe siècle domine le village. George Sand, qui a plusieurs fois séjourné dans ce château, a d'ailleurs placé le village au cœur de l'intrigue de Jeanne, son roman publié en 1836. La véloroute repart ensuite vers l'ouest en direction de Châtelus-Malvaleix, où vous pourrez vous baigner au plan d’eau de la Roussille.
    Vous prendrez ensuite la route en direction de Bonnat, puis de Bourg-d’Hem en passant par l'écomusée Tuilerie de Pouligny. Vous arriverez alors dans les gorges de la Creuse, et pédalerez dans les splendides paysages de la route des peintres. Elle vous mènera par les villages de La Celle-Dunoise et Fresselines avant de revenir à Crozant, qui signe la fin de la boucle.

    Détails pratiques : accès et hébergements
    Pour vous rendre sur le Tour de Creuse, vous pouvez bien-sûr optez pour le train. Il existe deux lignes de TER permettant d'accéder à l'itinéraire, mais une seule ville de la véloroute est directement desservie, La Souterraine. En provenance d'une grande ville, il faudra également passer par quelques escales pour atteindre la véloroute, la Creuse n'étant pas la région la plus accessible de France.
    La ligne Limoges-Châteauroux fait un arrêt dans à La Souterraine, et à Saint-Sébastien, à seulement quelques kilomètres de Crozant. Seconde option, la ligne Limoges-Montluçon s'arrête à Guéret. À noter que les vélos ne sont pas acceptés dans les cars TER de la région. De la même façon, le transport des vélos dans les TER peut s'avérer compliqué en heure de pointe.
    Vous pourrez également rejoindre la véloroute en voiture, par l'autoroute A20 depuis Toulouse et Paris.
    >> A LIRE AUSSI : transporter son vélo en voiture
    Côté hébergement, le département est actuellement en train de déployer le label Accueil Vélo. L'offre d'hébergement, encore peu nombreuse, devrait donc se densifier dans les mois à venir. Compte tenu du peu de logements touristiques, pensez à réserver en avance, surtout dans les zones les plus fréquentées.
    >> A LIRE AUSSI : découvrir de nombreux circuits cyclotourisme en France

    L’article Le Tour de Creuse à vélo est apparu en premier sur Citycle.

  • — Le Dk’vélo, le service de VLS de Dunkerque

    Troisième ville la plus peuplée du Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque s'est aussi dotée de son vélo en libre service en 2013 après Calais et Lille : le Dk’Vélo. Le petit vélo dunkerquois bleu et noir a aujourd'hui conquis le cœur de ses habitants. Présentation, mode d'emploi et tarifs du Dk’vélo de Dunkerque.

    Le Dk’vélo débarque sur Dunkerque
    Présentés en mai 2012, les 200 vélos dunkerquois sont mis en service le samedi 31 août 2013. Le VLS aux couleurs de la ville s’intègre complètement dans le réseau de transport urbain de l’agglomération en venant accompagner et compléter le Dk’Bus.

    © Dk’vélo
    Pour son lancement, le service se base dans un premier temps sur un maillage de 20 stations. Quelques mois plus tard, en novembre 2013, de nouvelles stations viennent s'ajouter pour couvrir et rendre accessible les divers quartiers de la ville : Dunkerque Centre, Rosendaël, Malo-les-Bains, Petite-Synthe, Saint-Pol-sur-Mer et Coudekerque-Branche. Portant à 31 le nombre de stations Dk’Vélo disponibles.
    Aujourd'hui, 46 stations sont au total réparties sur tout le centre-ville. Et jusqu'à Grande Synthe à l'ouest et Leffrinckoucke à l'est.
    Sous-utilisé, le service couterait près d'un million d’euros par an, mais il est maintenu dans l'agglomération dunkerquoise. Mieux encore, la gratuité est annoncée sur l'ensemble du réseau DK’Bus en septembre 2018. Y compris pour les vélos en libre-service. Ce qui fait de Dunkerque la première ville française à proposer gratuitement un service de bicyclette en libre-service.

    Un vélo aux lignes épurées et élégantes
    Pour sons service de VLS, Dunkerque a fait le choix d'une bicyclette à la fois robuste, facile d'entretien, confortable et élégante. Avec un cadre mixte en aluminium, le Dk’vélo est un vélo de ville léger, confortable et distingué. Un panier avant permet de transporter ses affaires.
    >> A LIRE AUSSI : 10 accessoires incontournables pour cyclistes en VLS

    © Communauté urbaine de Dunkerque
    Côté technique, le Dk’vélo a deux caractéristiques principales. Il est équipé de freins à tambour, qui ont un meilleur rendement sous la pluie. Mais également d'une transmission par cardan, c'est à dire sans chaîne, une spécificité assez unique sur un VLS.
    Le vélo est accroché à sa borne par un simple antivol à code, qui permet également de l'attacher lorsque l'on s'arrête hors station.

    Dk’vélo pratique : guide d’utilisation
    Tarifs et formules
    © MichelDelebarre - Twitter
    Depuis septembre 2018, l'abonnement au service Dk’vélo est gratuit. Alors que le service de VLS dunkerquois proposait jusqu'alors 3 formules payantes, il n'existe désormais plus que le seul abonnement annuel gratuit.
    Le première demi-heure d'utilisation est également gratuite, mais la location reste payante au-delà de cette première demi-heure. La deuxième demi-heure vous coûtera 1€, puis chaque 30 minutes supplémentaires sera facturée 2€. Si le vélo n'est pas restitué dans un délai maximum de 24h, la caution de 150 euros sera retenue.
    Dk'bus, qui gère le réseau de transports en commun de la communauté urbaine de Dunkerque ainsi que le service de VLS précise qu'il n'est en effet « pas possible de rendre la location gratuite dans la mesure où il faut que le vélo soit remis à une station pour être utilisé par d’autres. Si la location était entièrement gratuite, les vélos seraient stationnés chez les personnes sans limitation de durée et ne pourraient pas servir aux autres. Cela conduirait à la privatisation des vélos par les usagers. »

    Mode d'emploi
    © Kai Kowalewski - Wikimedia Commons
    Les abonnés au service peuvent directement se rendre à la borne d'une station et libérer un vélo en choisissant l'option "louer un vélo". Il suffit alors de s'identifier en appelant le numéro indiqué sur le boitier. Ou plus simplement, en validant la carte d'abonnement sur l'emplacement dédié de la borne. Pensez à récupérer le code du cadenas, qui sert à attacher le vélo à sa borne lors de sa restitution.
    Pour les utilisateurs qui ne sont pas abonnés, il faut d'abord appeler le 03 66 89 11 11 lors de la première utilisation (ou se rendre directement à l’espace DK’Bus Place de la Gare), puis renseigner ses coordonnées bancaires. Après avoir choisi l'option "louer un vélo", il faudra s'identifier en appelant de nouveau, cette fois le numéro indiqué sur le boitier, et il sera alors possible de décrocher son vélo. Avant de partir, récupérez le code cadenas sur le boitier.
    Une fois le vélo accroché, la borne indique le temps d'utilisation ainsi que la somme correspondante qui sera facturée à l'utilisateur.
    À ce jour, il n'existe pas d'application mobile pour utiliser le service Dk’vélo.
    Il n'existe pas non plus d'autres moyens de transports en libre service ou free-floating à Dunkerque.
    Vous pouvez en savoir plus sur le site des VLS de Dunkerque.

    L’article Le Dk’vélo, le service de VLS de Dunkerque est apparu en premier sur Citycle.

  • — Intégrathlon : faire tomber les barrières du handicap grâce au vélo et au sport

    Rassembler des personnes en situation de handicap et valides autour de plusieurs disciplines sportives, c'est ce que propose l'Intégrathlon. Créée en 2010 en Seine-Saint-Denis, l'événement n'a de cesse de croître. Son succès se poursuit chaque année, au fil des éditions.

    L’Intégrathlon, une manifestation gratuite et ludique
    Pendant 5 jours, l'Intégrathlon permet aux personnes valides et handicapées de tous âges de pratiquer ensemble une activité sportive. Une manifestation qui mêle handisport, sport adapté et sport valide. Plus de 50 disciplines sportives, parmi lesquelles le vélo, ainsi que des activités de sensibilisation sont au programme dans les 8 villes séquano-dionysienes de l'événement. Les historiques Aunay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Sevran, Tremblay-en-France, Villepinte mais aussi Drancy, Dugny et Le Bourget. La 10ème édition s'est déroulée du 2 au 7 avril 2019. Totalement gratuite, tout le monde peut participer, quel que soit son âge. Personnes valides, personnes en situation de handicap, familles, grand public et scolaires.

    © Intégrathlon
    L'objectif : sensibiliser au handicap, qu'il soit moteur, physique, sensoriel ou social. Mais aussi permettre à des personnes en situation de handicap ou des personnes valides de découvrir et d'avoir accès à des pratiques sportives nouvelles.

    « C'est partager avec les jeunes, leur faire découvrir l'athlé handisport, le monde du handisport en général et leur véhiculer des valeurs saines et importantes »
    (Nantenin Keita, médaille d'or du 400m aux Jeux Paralympiques de Rio 2016)

    L'Intégrathlon est également un moyen de faire connaître et de valoriser les acteurs du milieu associatif et les établissements spécialisés qui sont impliqués tout au long de l’année. L'occasion aussi pour les acteurs de la mobilité et des transports d'Île de France de mieux comprendre les difficultés de leurs usagers.

    Le sport, vecteur de partage et d'intégration
    Au-delà de la pratique sportive, l'Intégrathlon permet aussi de partager des cultures, d'échanger et de créer des liens à travers la connaissance de l’autre et de ses différences.

    « C'est une formidable opportunité de progrès pour faire évoluer le regard porté sur le handicap, la pratique handisport et le sport adapté »
    (Pierre Deniziot, délégué spécial régional chargé du handicap)

    © Intégrathlon
    Depuis ses débuts, l'événement a permis de rassembler plus de 100 associations et 25 000 personnes ! Plus de 15 000 scolaires ont aussi été sensibilisés au handicap, et une centaine d'athlètes olympiques et paralympiques sont intervenus sur la manifestation.

    « Grâce à toutes ces éditions, différents clubs sur les villes d'accueils ont pu réussir à ouvrir leurs portes et mettre des créneaux horaires pour des personnes touchées par le handicap. De plus en plus, on arrive à trouver des éducateurs. »
    Didier Sabinaud, directeur du service des sports de Villepinte

    Le vélo pour faciliter l'intégration des personnes en situation de handicap
    Après le BMX, le cyclotourisme ou le duathlon lors des précédentes éditions, triathlon et tricycle étaient les épreuves vélo au programme de cette édition 2019. On pouvait en effet difficilement imaginer une telle manifestation sans bicyclette.
    >> A LIRE AUSSI : handicap, quand le vélo devient un moyen de réaliser ses rêves

    © Intégrathlon
    Car effectivement, au delà de son simple aspect pratique, le vélo peut-être un véritable vecteur d'intégration sociale. D'une part, il peut redonner accès à la mobilité et aux déplacements aux personnes qui ne possèdent pas le permis ou aux personnes à mobilité réduite. Il existe aujourd'hui, en effet, de nombreux modèles de vélos adaptés permettant de s'adapter au mieux aux différents handicaps. Ainsi que des équipements spécifiques pour adapter une bicyclette classique comme des roues stabilisatrices.
    Mais le vélo permet également de reprendre en douceur une activité sportive. Le vélo à assistance électrique est notamment un moyen très efficace pour permettre aux personnes réduites physiquement, atteintes de maladie, sédentaires depuis de nombreuses années ou même retraitées de se remettre au sport progressivement et regagner de l'énergie, de la souplesse et de l'endurance grâce à une activité douce.
    >> A LIRE AUSSI : le vélo électrique, une activité pour fainéant ou un véritable sport ?

    L’article Intégrathlon : faire tomber les barrières du handicap grâce au vélo et au sport est apparu en premier sur Citycle.

  • — Le Doubs à vélo entre Baume-les-Dames et Montbéliard sur l’EuroVelo 6

    Passage obligé de l'EuroVelo 6, le Doubs permet une belle balade à vélo bucolique entre ville et nature. Au fil des lacets du Doubs, rivière, canal et forêts se rencontrent pour offrir au cycliste de passage de beaux panoramas. Et une escapade rafraîchissante sur une des portions françaises les plus belles et les plus soignées de la véloroute des fleuves.

    Entre fleuve et canal dans la verdoyante vallée du Doubs
    L'EuroVelo 6 traverse l'Europe d'est en ouest en longeant quelques uns des plus beaux fleuves d'Europe. Son passage dans la vallée du Doubs ne fait pas exception à la règle puisque la véloroute longe successivement le Doubs, le canal du Rhône au Rhin et l'Allans. De Baume-les-Dames et Montbéliard, découvrez les richesses de cette région verdoyante et de son terroir unique. Dans le département du Doubs, 80% des 185 km d'itinéraire de l'EuroVelo 6 sont en site propre.

    © France Vélo Tourisme
    Une véloroute plutôt facile
    © Elodie Faivre - Doubs Tourisme
    Cette portion de l'EuroVelo 6 est dans l'ensemble très facile. Elle offre une belle balade, à faire seul, entre amis ou en même famille. Parcourir cette portion avec des enfants ne posera pas de problèmes. La seule difficulté est toutefois située à Étouvans, une dizaine de kilomètres avant Montbéliard où une côte assez raide est à franchir. Si vous êtes chargés, préparez-vous à passer un moment peu agréable, d'autant que cette partie est en voie partagée avec les voitures sur une route départementale assez fréquentée.

    « Nous quittons Montbéliard ce matin sous un ciel bien menaçant, par chance il ne pleuvra quasiment pas mais le vent lui se déchaîne après quelques km. La piste suit toujours le canal du Rhône au Rhin puis le Doubs. On ne saura jamais pourquoi les concepteurs de l'EuroVelo 6 nous font grimper dans ce bled qui s'appelle Étouvans (il vaudrait mieux l'appeler A tous vents). On ne profite même pas du coup d’œil mais au moins, malgré le froid, nous sommes en sueur. Le Doubs s'encadre de falaises, c'est une vallée très verte, 3 chevreuils peu farouches nous regardent passer. Le ciel est toujours menaçant mais très photogénique. Les clochers sont résolument franc-comtois. »
    Yvan et Françoise - 2096 km - 41 jours - my atlas
    Une balade à faire à la mi-saison
    L'automne est la saison idéale pour flâner à vélo sur cette portion de l'EV 6. L'été indien se prolonge souvent jusqu'en septembre et en octobre, et les couleurs automnales offrent aux cyclistes un tableau exquis. La météo est plus aléatoire au printemps, dont les pluies assez irrégulières peuvent assez vite gâcher la balade. À cause du climat continental de la région, il peut faire très chaud en été et assez froid en hiver.
    L'hiver est pourtant la période de l'événement incontournable de la région, Les Lumières de Noël, le splendide marché de Noël de Montbéliard. En août, la Cité des Princes fête également les 130 ans de la vache montbéliarde, la race laitière utilisée pour faire le Comté. À quelques kilomètres de là, Besançon accueille également de nombreux festivals, comme les 24 du Temps ou le Festival Grande Heure nature qui fait la part belle aux sports et loisirs outdoor en juin. En septembre, le Festival internationale de musique de Besançon Franche-Comté met aussi à l'honneur la musique de chambre avec notamment le Concours international de Jeunes chefs d'orchestre.
    >> A LIRE AUSSI : découvrir Besançon sur l'EuroVelo 6

    Le Doubs à vélo, un bel aménagement en plein cœur de la nature
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Cette étape est longue de 58 km, dont plus de 45 sur une voie verte séparée de la circulation. Toute la partie en voie verte est parfaitement aménagée. Tant au niveau de la signalisation, estampillée EuroVelo, que du revêtement, du bitume parfaitement entretenu. Pendant de longs kilomètres, vous profiterez d'une balade agréable sans la moindre trace de voiture ni bruit de la route. Les 13 km restants sont en voie partagée, fractionnés sur trois secteurs. Dont une partie de 4 km entre Colombier-Fontaine et Dampierre-sur-le-Doubs sur une départementale où se situe la côte d'Étouvans. Des tronçons de la véloroute sont régulièrement rénovés, et les dernières portions en voie partagée sont, petit à petit, de mieux en mieux aménagées.

    Des collines comtoises au berceau de l'automobile française
    Le long des boucles de la vallée du Doubs
    © Elodie Faivre - Doubs Tourisme
    Pour cette balade du Doubs à vélo, départ de Baume-les-Dames et ses splendides falaises. Blottie entre 7 collines rocheuses, c'est une ville verte de charme et de caractère. On commence au port fluvial, au bord du canal du Rhône au Rhin. Ce dernier se mêle parfois au Doubs et coupe régulièrement les boucles de la rivière franc-comtoise. Les premiers coups de pédales en direction l'Isle-sur-le-Doubs se font au rythme des péniches et des écluses. Les 12 premiers kilomètres sous les arbres, le long de la rivière, sont très agréables. Une tranquille balade ombragée et au calme entre forêts et prairies au gré des boucles du Doubs. On passe à proximité de Hyvère-Paroisse, où on peut apercevoir sur l'autre rive le clocher comtois de son église qui domine le village. Un clocher à bulbe très spécifique de la région avec des tuiles vernissées de couleur.

    © Jean-Baptiste Lasserre
    Juste avant Roche-les-Clerval, l'EuroVelo passe en voie partagée sur près de 6km. On longe des champs dans lesquels on peut apercevoir des hérons cendrés, avec des éoliennes en arrière-plan. À Clerval on traverse le Doubs pour reprendre une voie verte sur 11,6 km et on laisse désormais la rivière sur notre droite.  Jusqu'à Appenans, où on est de nouveau sur une route commune avec les voitures sur presque 3 km jusqu'à l'Isle-sur-le-Doubs.

    Doubs, canal du Rhône au Rhin et Allans, la douceur de la rivière
    © Jean-Baptiste Lasserre
    À l'Isle-sur-le-Doubs, on franchit de nouveau la rivière. Retour sur une voie verte pour 12 kilomètres des plus agréables. On se retrouve très vite à pédaler entre le fleuve et le Canal, sur un enrobé en très bel état. Dans un paysage bucolique, loin de la circulation, les écluses s'enchainent. Quelques tables de pique-nique sont installées ça et là. La véloroute continue entre canal et chemin de fer. Un peu avant Saint-Maurice-Colombier, on roule désormais le long de la voie ferrée. Puis retour sur une voie partagée sur 4 km à partir de Colombier Fontaine, avec une grosse montée avant d'entrer dans Étouvans.

    © Jean-Baptiste Lasserre
    On récupère finalement la voie verte à Dampierre-sur-le-Doubs pour les 8 derniers kilomètres vers Montbéliard. L'itinéraire longe tranquillement le canal jusqu'à la confluence du Doubs et de l'Allan à Voujeaucourt. On remonte alors vers le nord en suivant cette fois l'Allans jusqu'à Bart. Son château offre d'ailleurs une superbe vue sur la vallée, même si la montée de 2km pour y accéder est un peu rude. On retraverse une dernière fois l'Allans à Courcelles-lès-Montbéliard pour parcourir les dernières kilomètres le long du canal jusqu'à la Cité des Princes.

    Montbéliard, entre influence alémanique et industrie automobile
    © DBretey - OTPays de Montbéliard
    On accède enfin à Montbéliard par le parc de l'Île en mouvement. Puis on arrive à la Capitainerie où sont stationnées de nombreuses péniches. On continue notre chemin jusqu'au parc du Près-la-Rose. Au centre trône le Pavillon des Sciences, un musée de vulgarisation scientifique qui fera le bonheur de toute la famille. On peut ensuite accéder au centre-ville de Montbéliard, la deuxième ville du Doubs. Enclave luthérienne en terre catholique, cette ancienne principauté a hérité de son passé wurtenbourgeois et protestant. L'imposant château des ducs de Wurtenberg domine notamment la ville du haut de ses 1000 ans d'histoire. Le temple Saint-Martin est, par ailleurs, un des plus vieux de France. Les architectures se mélangent, entre style allemand - maison à yorbe, cette tour typique de la région qui abrite un escalier -, et maisons colorées.
    La véloroute longe ensuite les usines Peugeot de Sochaux, qui ont fait la renommée de la ville. Le détour par le musée de l'Aventure Peugeot vaut d'ailleurs le coup d'œil. Il renferme une grande collection des productions de l'entreprise familiale depuis sa création, du moulin à café aux outils en passant par l'électroménager, le mobilier, les automobiles et les indémodables vélos Peugeot bien-sûr, mais aussi plus surprenant, des radios ou des fusils. C'est d'ailleurs ici que s'achève notre balade à bicyclette.

    Par où commencer le Doubs à vélo ?
    La principale gare d'entrée pour cette portion de l'EuroVelo 6 est la gare de Belfort-Montbéliard TGV. Elle accueille des trains en provenance de Paris, Marseille, Montpellier, Strasbourg, Nancy Metz, Bâle ou Zurich. L'ensemble de la portion est, quant à elle, desservie par les lignes TER Lyon-Belfort et Besançon-Belfort. Elles s'arrêtent notamment à Baume-les-Dames, Clerval, l’Isle-sur-le-Doubs et Montbéliard Ville.
    >> A LIRE AUSSI : consignes pour prendre le train avec un vélo
    En voiture, l'autoroute A36 entre Besançon et Montbéliard longe l'itinéraire de part en part. Si vous optez pour l'avion, il faudra vous dirigez vers les aéroports les plus proches de Mulhouse, Genève ou Lyon.

    Où se loger ?
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Sur cette portion, la véloroute existe maintenant depuis plusieurs années, et l'offre d'hébergement est assez riche. Du côté de Baume-les-Dames, le camping Le Domaine d'Aucroix est situé juste au bord de l'EV 6 et du canal. Vous pourrez aussi opter pour la très belle maison d'hôtes de Béred Vuillemin et son petit déjeuner royal. Ou pour l'hôtel Le Château d'As, où le restaurant des Frères Cachot propose une très belle carte gourmet et locale. Pour reprendre des forces après une longue journée de vélo, La Capitainerie accueille également les voyageurs à vélo en plein port fluvial de Baume-les-Dames. Sur la route, vous trouverez gîte et couvert à l'Hôtel Restaurant La Bonne Auberge à Clerval, pour entamer les prochains kilomètres après une bonne nuit et le ventre plein.
    À Montbéliard, il y en aura aussi pour tous les budgets. De la chambre d'hôtes La Rêverie à Montbéliard à l'Hôtel Bristol en passant par l'hôtel La Balance dans lequel vous pourrez vous offrir une nuit dans la chambre de Lattre de Tassigny. Pour se restaurer, le Resto du port est une belle halte pour cyclovoyageurs. Un peu plus en retrait de la ville enfin, à Valentigney, La Maison de Juliette est une maison d'hôte pleine de charme. Et bien-sûr, ne partez pas sans avoir goûté aux spécialités de la région : comté, saucisse de Morteau, Mont d'Or, Absinthe et encore Pontarlier.
    Pour plus d'information, vous pouvez vous diriger vers le Comité Départemental du Tourisme du Doubs, qui nous a permis de découvrir et de parcourir la véloroute.
    Comment s'équiper ?
    Pour parcourir cette portion du Doubs à vélo, des sacoches arrière seront utiles pour transporter aisément vos affaires, surtout si vous partez en balade pour plusieurs jours. Pensez également à être visible lorsque vous circuler en voie partagée ou en ville grâce à des équipements de signalisation adaptés. Pour ceux qui viennent sans bicyclette, pas de panique. Le Bureau Info Tourisme de l'Isle-sur-le-Doubs propose des locations de vélos électriques. Un peu plus loin à Saint-Maurice-Colombier, L’Étape de Max Vichot - le papa du coureur cycliste professionnel - certifié Accueil Vélo propose aussi de la location et de la vente dans son magasin-café. Un bon allier en cas de petit pépin mécanique.

    L’article Le Doubs à vélo entre Baume-les-Dames et Montbéliard sur l’EuroVelo 6 est apparu en premier sur Citycle.

  • — EuroVelo 13, sur la Véloroute du Rideau de Fer

    Du Nord au Sud de l'Europe, la Véloroute du Rideau de Fer offre aux voyageurs à vélo une véritable immersion au cœur de l'histoire récente du continent. Entre témoignages de la guerre froide et de l'ancien bloc soviétique, l'EuroVelo 13 traverse également des paysages naturels exceptionnels et préservés. Passionnés d'histoire et de nature, à vos vélos !

    Florilège de paysages sur les traces de l'histoire de l'Europe d'après-guerre
    Avec ses 10 400 km traversant pas moins de 20 pays, l'EuroVelo 13 est une des plus longues du réseau. De la Norvège, au delà du Cercle Polaire tout au nord de l'Europe, jusqu'au bord de la Mer Noire, elle longe l'ancien Rideau de Fer qui a divisé l'Europe pendant près de quatre décennies. Un voyage à vélo sous forme de leçon d'histoire grandeur nature, avec tout au long de l'itinéraire, des bâtiments, monuments et musées qui témoignent de ce douloureux passé, mais qui rappellent aussi la paix et la réconciliation qui ont suivi l'effondrement du régime communiste.
    Mais ce n'est pas seulement une question d'histoire. Sur son passage, l'EV 13 traverse des parcs nationaux riches d'une faune et d'une flore exceptionnelle et des paysages uniques qui, parce qu'ils faisaient partie des zones frontalières, n'ont pas été touché par l'Homme durant toutes ces années.

    Une véloroute EuroVelo 13 variée pour tous les goûts
    Il est assez difficile de déterminer un niveau de difficulté général pour cette véloroute du Rideau de Fer, tant la longueur et la diversité des différentes régions traversées sont importantes. Quoi qu'il en soit, il y en a pour tous les profils. Les débutants et les cyclotouristes du dimanche trouveront leur bonheur sur les centaines de kilomètres de côte ou le long des rivières, de l'Elbe au Danube. Des portions plus difficile à l'intérieur des terres, notamment en Tchéquie et en Macédoine seront plus adéquates pour les plus sportifs et les voyageurs à vélo confirmés.

    « En République Tchèque il y a de nombreuses routes tranquilles et plusieurs itinéraires cyclistes balisés. Il est facile en quelques jours de voir les principales villes touristiques (Prague, Cesky Krumlov, Ceske Budejovice) et d’aller jusque dans les montagnes (pas trop élevées) au sud-ouest du pays, à la frontière avec l’Allemagne et l’Autriche. Dans chaque petite ville l’architecture est typique du pays et les maisons sont souvent bien conservées et restaurées. Les routes sont en bon état (mieux qu’en Italie notamment !), il y a plusieurs grands itinéraires cyclables balisés. Les automobilistes sont courtois… ça n’est pas la France ! »
    Vincent et sa petite famille - 730 km - 12 jours - blog.globalbiker.org
    L'été au nord, l'automne au sud
    L'EuroVelo 13 traverse une amplitude de climats très différents les uns aux autres. Si l'été est à privilégier pour effectuer toute la partie nord, de la Norvège à l'Allemagne, la mi-saison sera idéale pour parcourir l'Europe de l'Est, les Balkans et le sud de la véloroute. L'hiver est à éviter, surtout dans les pays scandinaves qui, recouvert de neige, n'ont que des très courtes journées à offrir. De la même façon, l'été peut être très chaud et ensoleillé dans toute la partie sud.
    En juin, vous pourrez assister aux Fêtes de la Saint-Jean à České Budějovice en République tchèque. L'hiver est aussi une période propice pour participer à des événements exceptionnels, tels que le Noël orthodoxe en Serbie ou le Bal du tsar à Saint-Pétersbourg le 31 décembre, dans l'atmosphère de conte de fée du palais Catherine. À noter également que la ville de Plovdiv en Bulgarie est désignée capitale européenne de la culture 2019 et accueillera des événements jusqu'à la fin de l'année.

    Une véloroute bientôt terminée
    © Michal Klajban - Wikimedia Commons
    Encore en développement de la Norvège à la Russie, la véloroute du Rideau de Fer est ensuite quasiment terminée dans les pays baltes. On retrouve de nouveau un itinéraire en cours de développement en Pologne. La côte allemande est de son côté bien aménagée, tout comme le long de l'Elbe et en Bavière, bien que la partie au centre du pays ne soit pas encore terminée. À partir de la Tchéquie en passant par l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie, l'EV 13 est totalement terminée. Les parties en Serbie, en Bulgarie, en Macédoine et en Turquie sont encore en cours d'aménagement.
    L'itinéraire croise plusieurs autres EuroVelo tout au long de son chemin. L'EV 11 en Finlande avec laquelle elle partage plusieurs kilomètres. La Véloroute de la Baltique qu'elle emprunte entre la Russie et l'Allemagne. Mais aussi les EV 6, EV 7 et EV 9 en Tchéquie.

    Un grand voyage à vélo marqué par l'histoire et les paysages
    La beauté du grand nord
    L'EuroVelo 13 débute à Kirkenes, en Norvège, la seule grande ville de la région avec ses 3 500 habitants, à quelques kilomètres seulement de la frontière russe. Un détour par Vaggatem à quelques kilomètres plus au nord vous mettra dans l'ambiance de cette véloroute. Vous pourrez y visiter un ancien camp de prisonniers de la seconde Guerre Mondiale, tout proche du point où se rencontrent les frontières de la Norvège, la Finlande et la Russie. Retour sur la véloroute, en direction Neiden à l'ouest, réputé pour son excellent saumon. On franchit alors la frontière finlandaise dans la ville homonyme, Näätämö en finnois, avant d'entamer une longue descente le long de la frontière finlando-norvégienne. L'est de la Finlande, rarement visité, est pourtant un des derniers coins sauvages du continent.
    Pendant plus de mille kilomètres, vous verrez défiler sous vos pédales forêts, lacs, rennes et habitants accueillants. À partir de Salla, la véloroute long la frontière avec la Russie. Au sud du pays, les paysages plein de sérénité de la campagne finlandaise valent aussi le coup d’œil. Vous traverserez notamment le village idyllique de Parikkala. Un peu plus loin, la ville de Lappeenranta et sa forteresse sont situées sur les rives du lac Saimaa où vous pourrez apercevoir les derniers spécimens de phoque annelé au monde. Virolahti signe vos derniers instants en Finlande avant de rentrer en Russie. L'EV 13 traverse en effet une première fois le pays des tsars par Saint Petersbourg, deuxième ville de Russie et ville impériale du pays pendant près de 200 ans qui abrite le célèbre Musée de l'Hermitage.

    Des ports animés des pays baltes à Kaliningrad
    © Diego Delso - Wikimedia Commons
    Cette partie de la véloroute du Rideau de Fer partage sa route avec l'EV 10. À Narva, vous entrez en Estonie, premier des trois pays baltes. La véloroute longe désormais la côte sur plusieurs centaines de kilomètres. Vous passerez par Lahemaa, le plus vieux parc national du pays puis à Tallinn, la capitale, dont la vieille ville médiévale est classée à l'UNSECO. L'itinéraire fait un petit détour par les îles estoniennes de Hiiumaa et de Saaremaa, avant d'arriver en Lettonie. Vous longerez le littoral rocheux de Vidzeme et atteindrez Riga. La capitale lettonne détonne par son architecture très contrastée, entre bâtiments en bois, Art Nouveau et influence soviétique. Vous passez ensuite en Lituanie où après quelques kilomètres le long de la mer Baltique vous emprunterez l'Isthme de Courlande. La véloroute faut ensuite un second crochet par la Russie par l'enclave russe de Kaliningrad, la ville d'Immanuel Kant.

    La Pologne et l'Allemagne au coeur de l'histoire
    © Jorge Franganillo - Flickr
    Après quelques kilomètres, vous voilà en Pologne. Vous pédalerez toujours le long de la côte entre grandes métropoles, paisibles villages de pêcheurs, plages populaires, forêts isolées et vestiges de la Guerre Froide. Et notamment à Gdansk où se situe le célèbre chantier naval lieu de naissance de Solidarnosc. À l'ouest, le Parc National de Woliński marque l'arrivée en Allemagne. La première partie de l'itinéraire continue de longer le littoral, en passant par l'île d'Usedom, le Parc national du lagon de Poméranie occidentale dans la mer Baltique, les falaises de Boltenhagen ou encore la Péninsule de Priwall.
    La seconde partie allemande de l'EV 13 s'intéresse quant à elle à l'histoire et suit la route de l'ancienne frontière entre RDA et RFA. À Lübeck, la véloroute prend plein sud pour rejoindre l'Elbe qu'elle longe pendant quelques kilomètres. Pendant la Guerre froide, une partie du fleuve marquait la frontière entre Allemagne de l'ouest et Allemagne de l'est. L'EuroVelo 13 quitte l'Elbe pour plonger de nouveau plein sud, le long de l'ancienne frontière dont le poste frontière de Marienborn et le Point Alpha témoignent de ce récent passé. Après avoir traversé le Parc national du Harz, vous percevrez le Château de Wartburg perché sur un précipice de plus de 400 m de haut.

    Dans les plus belles forêts d'Europe entre Tchéquie, Autriche et Slovaquie
    On entre ensuite en Tchéquie à Chen, dans la région de Carlsbad, avec ses collines, ses pâtures mais aussi ses villes historiques réputée pour le tourisme thermal. Vient ensuite la zone protégée de Český. Forêts, prés, prairies et ruisseaux forment un paysage très peu touché par l'homme.
    Vous entrerez ensuite dans la région de Pilsen dont les paysages sont aussi importants que la bière. Sur votre chemin, la ville de Rozvadov dont l'histoire est liée de très près au rideau fer, où il a été symboliquement coupé en décembre 1989. Vous traversez ensuite les villages abandonnés de Mostek et Pleš où les habitants ont été expulsés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quelques kilomètres plus au sud, vous entrez Bohême du Sud, région parfois appelée le Toit Vert de l'Europe. Du parc national de Šumava aux montagnes de Nové Hrady, la forêt bohémienne se mélange aux lacs, collines, étangs et aux panoramas imprenables. Un endroit idéal pour les vacances à vélo.
    La véloroute du Rideau de Fer serpente sur plusieurs centaines de kilomètre entre la Tchèque et le nord de l'Autriche et traverse de nombreux parcs nationaux jusqu'en Moravie du sud, réputée pour ses vins et ses fleuves. Vous pourrez y visiter vignobles et caves à vin mais aussi forteresses et châteaux, parcs et jardins notamment dans la splendide zone UNESCO de Lednice-Valtice, au pied des montagnes Paláva. Après un énième passage en Autriche, la véloroute entre en Slovaquie pour quelques petits kilomètres. Le temps de passer par sa charmante capitale, Bratislava. L'EuroVelo 13 passe une dernière fois en Autriche, le long du lac de Neusiedlersee notamment et poursuit sa route en Hongrie.

    De la Hongrie à l'ex-Yougoslavie
    Riche d'une flore, d'une faune et d'une architecture unique, le pays regorge aussi de boissons et plats locaux traditionnels. Du château de Jurisics à la route du vin de Villány-Siklós, la région viticole la plus au sud du pays en passant par la région de Béda-Karapancsa. La véloroute longe la frontière dont les nombreux monuments rappellent l'occupation soviétique passée. D'abord côté slovène, où vous pédalerez d'abord dans la région rurale et traditionnelle de Őrség - qui signifie zone de défense en hongrois - entre vallées et collines verdoyantes. Puis côté croate, au sud le long des rives magnifiques du fleuve Drava dans une région peu touristique. Jusqu'à la ville de Mohács, à l'intersection de l'EuroVelo 6 au bord du Danube.

    © George Bufan - Wikimedia Commons
    Toujours en suivant la frontière, la véloroute du Rideau de Fer alterne ensuite entre Hongrie et Serbie. Côté serbe, vous traverserez notamment la ville de Subotica dont l'architecture et la nature alentours valent le coup de pédale. Vous ferez ensuite une dernière escale en Hongrie à Szeged, réputée pour son université et, après quelques kilomètres en Serbie, atteindrez la frontière avec la Roumanie. L'itinéraire passe d'abord à proximité de Timișoara, symbole de la répression du régime communiste roumain et descend en suite vers Svinița aussi appelé le "pays des figues". Au niveau de la frontière serbe, vous récupérez le Danube et le longez jusqu'aux Portes de Fer, de splendides gorges naturelles du Danube et plus étonnant, la statue de Décébale, la plus grande sculpture d'Europe.

    Vers les Balkans et la Mer Noire
    © Jeroen Kransen - Wikimedia Commons
    En allant vers le sud, vous franchirez la frontière bulgare et pédalerez à travers une campagne paisible, toujours le long de la frontière. Vous traverserez le pont Kadin à Nevestino, un des plus beaux monuments architecturaux du pays avant d'arriver au sublime Monastère de Rila. Puis accéderez à la République de Macédoine à la découverte de ses lacs, de ses vallées, de ses montagnes et de ses villages abandonnés. À Strumitsa, l'itinéraire file à l'est et fait un petit crochet en Grèce. L'occasion d'admirer le lac de Kerkini ou de visiter les nombreuses forteresses de la Ligne Metaxas construite sur la frontière greco-bulgare. La route repasse en Bulgarie et continue vers l'est par les montagnes de Rhodope jusqu'en Turquie.

    © hamza atılgan - Wikimedia Commons
    Une fois la frontière franchie, vous passerez par Edirne, l'ancienne capitale ottomane. Fondée par les romains, c'est une ville magnifique et chargée d'histoire, qui a plusieurs fois changé de mains au cours des siècles. La route mène ensuite à Kırklareli, tout près du lac de Kayalıköy et remonte vers le nord pour revenir en Bulgarie. Les derniers kilomètres depuis Malko Tarnovo vous mèneront jusqu'au bord de la Mer Noire. La ville bulgare pittoresque de Rezovo marque la fin de cette EuroVelo 13, comme elle marquait autrefois la fin du Rideau de Fer.

    Un accès à l'EuroVelo 13 difficile depuis la France
    Plus longue véloroute européenne, l'EuroVelo 13 est aussi sans doute une des plus compliquées à atteindre depuis la France. Vous trouverez néanmoins quelques rares vols vers Bratislava depuis Paris. Pour rejoindre les sentiers de la véloroute du Rideau de Fer, il faut vaudra faire des escales. Par Francfort ou Berlin pour accéder aux parties allemandes, polonaises baltes et russes. Prague, qui dessert ensuite assez bien toute la partie en Europe centrale. Sofia pour atteindre la partie la plus au sud. Ou enfin par Helsinki pour parcourir la portion scandinave.

    L’article EuroVelo 13, sur la Véloroute du Rideau de Fer est apparu en premier sur Citycle.

  • — Top 15 des problèmes rencontrés par les cyclistes en ville

    Être cycliste en ville au quotidien, ce n’est pas facile tous les jours. Voitures, piétons et autres scooters peuvent avoir des comportements déroutants. Top 15 problèmes rencontrés par les cyclistes en ville régulièrement. Des situations aberrantes rencontrées par les cyclistes urbains !

    15 - Des parkings à vélo occupés par d’autres deux roues
    Bien que les parkings vélos restent encore peu nombreux dans certaines villes françaises, d'autres métropoles investissent de plus en plus dans la mise en place d'emplacements de stationnement. Toutefois, ils sont rarement sécurisés et, particulièrement à Paris, sont souvent occupés par scooters ou motos.

    © sebmafate - Twitter

    >> A LIRE AUSSI : les obstacles aux vélos sur la chaussée
    14 – Les obstacles et les objets sur la piste cyclable
    Plaques d’égout mouillées, grilles d’évacuation d’eau, marquages au sol, gravillons, cailloux, nids de poules, neige, verglas, feuilles, tâches d’huile, rails de tramway, trottoirs, etc. Les pistes cyclables regorgent d'obstacles, certaines sont abîmées, et les surfaces peuvent souvent être glissantes ou instables. Au quotidien, il arrive aussi que les cyclistes soient obligés de slalomer entre les petits déchets jetés au sol. Papiers, emballages, vis ou encore bouts de verre peuvent être dangereux (et abîmer les pneus). Conséquence de quoi, les cyclistes sont parfois amenés à faire des écarts et sortir de leur piste pour se retrouver à côtoyer d’un peu trop près les voitures.
    >> A LIRE AUSSI : les pièges de la route à éviter à vélo

    Les pistes cyclables/patinoires pleines de graviers à #Marseille #DurDurAVelo #Twitcyclo pic.twitter.com/NbdQ8xutDA
    — Natacha Bivel (@Nathash_tag) 29 août 2015

    13 – Des insultes gratuites
    Lors d’un trajet en ville, il n’est pas rare qu’un cycliste se fasse crier dessus, voire insulter par un automobiliste. Pourquoi ? C’est une très bonne question à laquelle il est quasi-impossible de répondre.

    Mon insulte préférée de cette année 2017 à vélo dans Paris restera ce «et alors connard, t'es pas mort!», lancé par un mec qui venait de me cogner avec son rétroviseur tellement il est passé près. Je l'ai bien entendu retrouvé au feu 50 m plus loin.
    — Sophian Fanen (@SophianF) 18 décembre 2017

    12 – Y compris pour les femmes
    En 2016, une étude menée par un groupe d'universitaires bordelais révélait que 51% des femmes à Bordeaux plaçaient le vélo comme le moyen de transport « qui les exposent le plus au harcèlement ». Les témoignages de femmes qui se sont senties harcelées à vélo se multiplient. Une autre question sans réponse.

    Je rentrais du lycée à vélo. Un homme sur le trottoir m’a sifflé, je n’ai pas réagi. Au feu rouge il est arrivé tout près de moi et m’a insulté de « petite salope ». Heureusement le feu est devenu vert et j’ai pu m’enfuir rapidement. #LeurHistoireMonHistoire
    — Annabelle ☀️ (@annanamonn) 18 décembre 2018

    11 – Les camions et les bus, un danger pour les cyclistes
    Lorsque l'on se déplace à vélo en ville, on est souvent amené à croiser des bus, des fourgons de livraison, et même parfois des poids lourds. Et le moindre accident avec ce type de véhicule, même à faible vitesse peut avoir de graves conséquences. Le risque de mortalité est en effet 4 fois plus grand quand un poids-lourd est impliqué dans un accident avec un vélo. Les dangers peuvent venir de là où on ne les attend pas. Par exemple, le souffle généré par un dépassement peut déséquilibrer le cycliste, les véhicules longs ont besoin d’un espace supérieur à leur largeur pour tourner dans un virage, et bien d'autres. Il faudra aussi être vigilant lors d'un dépassement, les conducteurs ne voient pas ce qu'il se passe dans leur angle mort.

    Dites @ClientsRATP, pouvez-vous dire au conducteur du bus 85 n°4178 hier vers 17:50 que, malgré qu’il soit « un professionnel » et qu’il « ait deux rétroviseurs » et malgré ses excuses et sa courtoisie, j’étais bel et bien sur sa droite et non derrière lui.
    Merci pic.twitter.com/y4pe9jFSqn
    — Cycliste Urbain (@CyclisteUrbain) 11 avril 2019

    >> A LIRE AUSSI : le danger des angles morts à vélo
    10 – Des dépassements un peu trop rapide
    Certains conducteurs un peu trop pressés n’ont aucun remord à doubler très rapidement les cyclistes qu’ils côtoient. D’autres n’hésitent pas à faire s’arrêter ceux qui se trouvent face à eux dans les rues à sens unique. Et les méthodes utilisées peuvent être parfois un peu limite. S’approcher un peu trop du vélo, activer les essuie-glaces, utiliser excessivement le klaxon, etc. Ce qui nous mène à la situation n°9.
    >> A LIRE AUSSI : comment circuler à vélo avec bus et camions

    9 – Les véhicules qui klaxonnent
    Très souvent, c’est dans une rue à sens unique qu’une voiture ou un camion klaxonne un conducteur de cycle pour lui faire comprendre qu’il le ralentit. Mais comme pour les insultes, les cyclistes peuvent entendre la douce mélodie du klaxon sans réelle raison.

    8 – Des piétons pas inquiets
    Ils traversent sans regarder ou déambulent la tête dans leur écran de téléphone. Souvent même, ils ne nous entendent tout simplement pas arriver et ne se soucient pas de la présence d'un éventuel vélo. Ils ne considèrent d'ailleurs pas les cyclistes comme un danger pour eux, contrairement aux véhicules motorisés. Gardez une main sur un frein et une autre sur la sonnette. Mais surtout, faites preuve de bon sens et de courtoisie. Le piéton reste le plus vulnérable dans l'espace public. Et lorsque l'on descend du vélo, nous sommes aussi piétons.

    7 – Les ouvertures de portières
    En ville, les pistes cyclables sont souvent situées sur la droite de la chaussée, le long des places de parking et des files de voitures garées. Et il n'est pas rare qu'un automobiliste descende de son véhicule sans même faire attention à la présence d'une piste cyclable, et sorte sans regarder. Il en faut peu pour goûter à une portière de voiture. C’est ainsi que plusieurs cyclistes malchanceux ont eu le déplaisir d’expérimenter une certaine douleur. Notre conseil : ne collez pas trop les voitures stationnées sur la droite de la route.
    >> A LIRE AUSSI : car dooring, comment se méfier des portières
    On rappelle tout de même que l’ouverture d’une porte de voiture est légiférée en France :

    « Il est interdit à tout occupant d’un véhicule à l’arrêt ou en stationnement d’ouvrir une portière lorsque cette manœuvre constitue un danger pour lui-même ou les autres usagers. Le fait de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la première classe. »
    Article R417-7 du Code de la Route

    6 – Les refus de priorité
    Voiture, bus, camion ou scooters peuvent vous couper la route en ignorant totalement la piste cyclable.

    Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir le cycliste. pic.twitter.com/nmOeXneR5I
    — Le vélo n'existe pas (@Velotaf_rennes) 14 avril 2019

    5 – Les véhicules qui tournent sans clignotant
    Les véhicules qui tournent soudainement sans aucune signalisation, c’est bien courant en ville. Mais au delà du fait que cela est dérangeant pour ceux qui suivent, c’est aussi très dangereux et tout particulièrement pour les cyclistes qui sont sur leur lancée.
    >> A LIRE AUSSI : comment bien gérer les intersections à vélo
    4 – Les aménagements dangereux
    © rat_orleans - Twitter
    Encore aujourd'hui malheureusement, faire du vélo en ville peut parfois ressembler à une expédition dans la jungle. Pas de continuité des pistes cyclables qui finissent brutalement au milieu de nulle part, faible visibilité à certaines intersections et même, des SAS vélos aménagés après un feu...

    3 – Les scooters qui utilisent la piste cyclable
    Par définition, la piste cyclable est faite pour les cycles. En théorie, beaucoup de scooters, voire quelques motos, l’utilisent régulièrement. La cohabitation se passe plus ou moins bien. Certains deux-roues motorisés s’autorisent à klaxonner les vélos qui n’avanceraient pas à la vitesse voulue. La loi indique pourtant clairement que les scooters n’ont pas le droit de rouler sur une piste cyclable, même s'il est possible de déroger à cette règle par une autorisation administrative.
    >> A LIRE AUSSI : une ambiance électrique entre scooter et vélo

    Paris : la piste cyclable sur la voie Georges-Pompidou est-elle devenue une autoroute à scooters ?https://t.co/y1ZHqvNXe2 pic.twitter.com/riIZoZhCAi
    — franceinfo plus (@franceinfoplus) 4 décembre 2017

    2 – Le non-respect des aménagements cyclables
    C'est un fait, sur de nombreuses routes où la bande cyclable est à droite de la chaussée sans séparation, certains automobilistes prennent parfois quelques liberté. Entre ceux qui s'arrêtent sur le sas vélo et ceux qui se déportent sur les bandes cyclables sans regarder...

    Sachant que :
    - La bande cyclable fait 1 mètre de large.
    - Je roule au milieu de la bande cyclable.
    - Mon guidon fait 60 centimètres de large.
    - Le chauffard empiète de 10 centimètres dans la bande cyclable.
    Combien de centimètres me séparent de l’hôpital ou de la morgue ? pic.twitter.com/fpSlx9Y7kQ

    — Le vélo n'existe pas (@Velotaf_rennes) 11 mars 2019

    © othocore - Twitter
    1 – Les véhicules garées sur la piste
    Ce qui énerve généralement le plus les cyclistes urbains sont les obstructions de leur voie réservée. Livreurs, particuliers ou agents municipaux ont la fâcheuse manie de garer leurs engins au beau milieu d’une piste cyclable. Les cyclistes se retrouvent donc contraints d’emprunter la chaussée. Le Code de la route punit les « stationnements gênants » d’une amende de 135€. Depuis quelques mois, on retrouve aussi également de nombreuses trottinettes en libre service déposées ça et là sur les aménagements cyclables de nos centre-ville.

    @ Griforg - Twitter
    Évidemment, au cours d'un trajet, il arrive régulièrement de faire des combos et de mêler plusieurs situations à la fois. Allez, gardez votre calme, les cyclistes vaincront. Continuez à vous exprimer et à nous envoyer vos photos et vos témoignages à media@citycle.com.

    L’article Top 15 des problèmes rencontrés par les cyclistes en ville est apparu en premier sur Citycle.

  • — Comment choisir ses garde-boues vélo ?

    Le garde-boue est résolument pratique pour en finir avec les jambes et le dos trempés à vélo ! Cependant, il n’est pas toujours facile de choisir un garde boue vélo adapté à sa pratique et au look de son vélo. Quels garde-boues choisir pour le vélo de ville, le vélo de route ou le VTT ? Quels types de fixation existe-t-il ? Quels sont les critères à prendre en compte pour bien choisir ses garde-boues ?

    1. Choisir des garde-boues adaptés à votre pratique
    Des garde-boues vélo se choisissent en fonction de l'utilisation que vous faites de votre vélo.

    Pour le vélo urbain, le VTC
    Lors de vos déplacements en ville, une bonne protection contre l’eau est de rigueur pour votre confort par tous les temps. Les garde-boues pour vélos urbains et VTC sont souvent équipés de tringles et dotés d’une forme large et allongée, pour couvrir une grande partie du pneu. Ils sont fixes et robustes et associent look et fonctionnalité, pour accompagner le cycliste urbain dans tous ses déplacements.

    Pour le vélo de route
    Pour la pratique du vélo de route, préférez des garde-boues de vélo installés très près de la surface des roues pour vous protéger des éclaboussures. À vous de choisir d’installer des garde-boues fixes ou des garde-boues amovibles, à monter uniquement en cas de prévision de pluie. Préférez un modèle simple en plastique pour réduire le poids de votre vélo.

    Pour le VTT
    Les sorties VTT en montagne ou en forêt sont sujettes à des projections d’eau, de boue ou de cailloux. On préfère des garde-boues offrant une large surface de protection. Les garde-boues pour VTT doivent être résistants aux chocs, légers, peu encombrants et ne doivent pas gêner les mouvements du cycliste.

    >> A LIRE AUSSI : garde-boues Polisport, un garde boue pour chaque pratique

    2. Choisir un garde boue vélo selon le type de fixation
    Orientez le choix de vos garde-boues en fonction également du type de fixation.

    a - Garde-boue avant

    Sur œillets de fixation
    La fixation d’un garde-boue peut se faire sur des trous filetés, par le biais de tringles.

    Sur pivot de fourche
    Certains garde-boues se fixent à l’intérieur du pivot de fourche, en clipsant le haut du garde-boue à l’intérieur du pivot de fourche.
    Sur fourche
    Il est également possible de fixer un garde-boue sur la fourche d’un vélo, grâce à des colliers de serrage.
    Sur tube diagonal
    Certains modèles de garde-boues viennent se monter sur le tube horizontal de votre vélo, sans outil à l’aide de straps ou de colliers de fixation.

    b - Garde-boue arrière

    Sur œillets
    Il est possible de monter un garde-boue sur les œillets situés au niveau de l’axe de votre roue arrière. Ce sont les tringles que l’on fixe sur ces points de fixation.
    Sur tige de selle
    Certains garde-boues viennent se fixer sur la tige de selle de votre vélo. Le montage est simple, rapide et sans outil.

    Sur haubans
    Des colliers universels ajustables permettent de monter un garde-boue sur les haubans de votre vélo, si votre vélo n’a pas d’œillets.
    Sur rails de selle
    Les garde-boues en plastique se clipsent facilement sur les rails de la selle de votre vélo. Ils sont très légers et rapides à installer.

    3. Quels critères pour choisir un garde boue vélo ?
    Taille de roue
    Un garde-boue compatible avec votre vélo, c’est un garde-boue adapté à la taille de vos roues ! Il vous suffit de regarder le flanc de votre pneu pour connaitre le diamètre des roues de votre vélo. Notez qu’il existe également des garde-boues adaptables à plusieurs diamètres de roue.

    Largeur de pneu
    La largeur de pneu est un critère très important pour choisir un garde boue vélo. En effet, de nombreux garde-boues sont enveloppants, c’est-à-dire qu’ils sont arrondis et viennent se placer proches du pneu. La lame d’un garde-boue doit être plus large que votre pneu (environ 2 mm) pour que celui-ci soit correctement protégé et pour éviter que la saleté ne s’accumule sous le garde-boue et vienne frotter contre le pneu. Pour connaitre la largeur de votre pneu, regardez simplement les indications sur son flanc. En savoir plus sur les dimensions de pneu les plus courantes.

    Diamètre de tige de selle ou de cadre
    Si vous optez pour un garde-boue venant se fixer sur la tige de selle ou sur le cadre, pensez à vérifier la compatibilité entre le diamètre de vos tubes et les colliers de serrage.
    Forme
    La forme d’un garde-boue dépend souvent de son utilisation. Pour le VTT, on préfère des garde-boues plus courts et moins arrondis, alors que les garde-boues pour vélo de ville sont plus longs et adoptent le plus souvent la forme des roues.

    Poids
    Pour une pratique sportive du VTT ou du vélo de route, il est indispensable de choisir des garde-boues légers et peu encombrants.

    Facilité d’installation
    Les types de fixation déterminent la facilité d’installation. Si vous souhaitez un garde-boue à installer les jours de pluie uniquement, optez pour un accroche rapide et sans outil. Si vous préférez des garde-boues à garder toute l’année, tournez-vous vers des garde-boues fixes.

    4. Zoom sur les garde-boues à fixation rapide
    Les garde-boues avant et arrière à fixation rapide représentent une excellente solution pour les cyclistes souhaitant monter un garde-boue uniquement en cas de pluie. Tout le monde n’aime pas l’esthétique du garde-boue sur un vélo ! Certains cyclistes préfèrent également éviter l’encombrement de cet équipement.

    Le garde-boue sur tige de selle
    Très pratique à installer puisqu’il s’attache et se détache en un tour de main, le garde-boue VTT arrière Polisport convient uniquement aux vélos 26 à 29 pouces. Doté d'un angle ajustable, il est spécialement conçu pour protéger le cycliste en VTT.

    Le garde-boue à clipser sous la selle
    Le garde-boue en plastique made in France est hyper léger : il ne pèse que 15 grammes. Il est facile à installer et vient se clipser sous la selle, tout simplement. Ce garde-boue est également repliable pour un rangement facile sous la selle lorsqu’il ne pleut plus.

    Le garde-boue sur cadre
    Adaptable sur des vélos de 20 à 29 pouces, le garde-boue sur cadre de vélo se fixe rapidement et sans outils grâce à des boucles ajustables.

    Le garde-boue télescopique
    Rétractable et amovible en un tour de main, le garde-boue télescopique séduit de par son encombrement minimum ! Accroché à la tige de selle, il offre la possibilité de se replier sur lui-même. Très discret il ne vient donc pas encombrer le vélo. Dès que le temps devient humide, il se déplie en une minute, pour parfaitement protéger le cycliste.

    5. Comment installer un garde-boue sur les œillets de votre vélo ?
    Comme expliqué précédemment, les garde-boues à tringle sont les modèles phares pour le vélo de ville ou le cyclotourisme. Ils viennent se fixer sur les œillets de cadre ou de fourche, tout simplement. Les œillets se trouvent à côté de l’axe de roue sur la fourche et sur la patte arrière du cadre. C’est un simple petit trou dans lequel il est possible de passer une vis de fixation pour le garde-boue. Pour tous les détails concernant le montage, consultez l’article : installer des garde-boues sur vélos avec ou sans œillets de fixation.

    Il existe des garde-boues pour toutes les pratiques et tous les goûts. Plus d’excuses pour renoncer aux sorties sur route mouillée, sous la pluie ou dans la boue !
    >> A LIRE AUSSI : la fiche conseils sur le choix et le montage d'un garde boue

    L’article Comment choisir ses garde-boues vélo ? est apparu en premier sur Citycle.

  • — Découvrir Besançon à vélo le temps d’une journée sur l’EuroVelo 6

    De l'Atlantique à la Mer Noire, l'EuroVelo 6 traverse paisiblement l'Europe en longeant les grands fleuves du Vieux Continent. On s'arrête aujourd'hui à Besançon, au bord du Doubs pour découvrir à vélo une ville verdoyante pleine d'histoire. Une balade à bicyclette revigorante dans la capitale de l'horlogerie française, où en pédalant, le temps semble s'arrêter.

    Un bol de nature en pleine ville
    L'EuroVelo 6 permet de découvrir les plus beaux fleuves d'Europe tout au long de son parcours. Au fil de l'eau, elle sillonne également quelques uns des plus beaux terroirs de l'Hexagone et des villes marquées par l'Histoire. En plein cœur de la vallée du Doubs, elle traverse la ville de Besançon. La capitale du temps témoigne encore des traces de son histoire avec notamment son imposante citadelle Vauban et ses fortifications inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Mais elle offre aussi des parcours à bicyclette reposants et agréables pour découvrir la ville et ses alentours à vélo !

    Sur 12 km, entre pistes cyclables et sentiers de l'EuroVelo 6, petite balade à vélo dans Besançon et autour de la ville entre architecture et nature. Les aménagements de l'EV 6 sont par ailleurs d'une très belle qualité.

    Besançon à vélo, une balade urbaine et naturelle
    De Vauban à l'horlogerie
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Pour débuter la balade à vélo, rendez-vous à la Citadelle Vauban de Besançon qui sera notre point de départ. Construit à la fin du XVIIème siècle, le monument est classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO et offre une vue imprenable sur la ville. À l'intérieur, vous pourrez y visiter plusieurs musées. Le musée comtois sur les traditions de Franche-Comté comme le célèbre fromage du même nom. Le Musée de la résistance et de la déportation ainsi qu'un muséum d'histoire naturelle avec un parc zoologique. La Citadelle domine « La Boucle », la partie de la ville à l'intérieur de la boucle formée par le méandre du Doubs, autrefois totalement entourée de fortifications et de tours bastionnées. Les quelques vestiges de cette enceinte renferment aujourd'hui un centre-ville dont la plupart des bâtiments sont construits en pierre de Chailluz aux tentures jaunes et bleues.

    © Jean-Baptiste Lasserre
    En redescendant, on peut s'arrêter à la cathédrale Saint Jean pour admirer son impressionnante horloge astronomique. Attention, la descente en vélo est un peu raide. On file jusqu'à la Place Victor Hugo, où la maison natale du poète retrace ses plus grands combats. À quelques mètres de là sont aussi nés les frères Lumière et Proudhon. Puis direction le Musée du Temps, qui témoigne du patrimoine horloger de la ville, et plus généralement de la région. Mais aussi de l'histoire de Besançon, avec notamment une très belle tapisserie retraçant l'histoire de Charles Quint. Installé dans le Palais Gravelle, un somptueux édifice Renaissance du XVIème siècle, vous y trouverez des horloges en tout genre, des sabliers, des cadrans solaires et des montres comme la surprenante Leroy 01 qui fut pendant longtemps la « plus compliquée du monde ».

    Escapade nature le long de l'EuroVelo 6
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Direction ensuite le Parc Chamars puis parc de la Gare d'Eau surplombé par la Citadelle. On pédale quelques mètres le long du Doubs avant de rejoindre l'EV 6. Puis on traverse le tunnel vélo et fluvial sous la Citadelle pour ressortir de l'autre côté. Direction Montbéliard, on laisse la Citadelle dans notre dos sur un sentier assez fréquenté. Cyclistes et piétons se mêlent aux kayakistes. Dès la sortie du tunnel, on a l'impression d'être largué directement en pleine nature. À deux coups de pédales du centre-ville, on est propulsé dans un paysage verdoyant le long du fleuve et de ses écluses, et on croise rapidement les premières vaches.

    © Jean-Baptiste Lasserre
    Plutôt que de continuer l'EuroVelo 6 qui passe en voie partagée à La Malate, on traverse plutôt la passerelle qui enjambe le Doubs. Et on remonte vers Besançon par l'autre rive. Le chemin, moins bien aménagé que l'EV 6 de l'autre côté, est toutefois un bon terrain de jeu pour les vététistes. On longe l'ancienne usine de Rhodiacéta puis la salle de musiques actuelles de La Rodia et on arrive sur une voie verte qui traverse le paisible parc Micaud. Une passerelle permet de retourner dans la Boucle et d'accéder à la Cité des Arts. Un bâtiment à la fois industriel et contemporain qui abrite le conservatoire et le FRAC.

    Visite du centre-ville pour finir la journée
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Place de la Révolution, on retrouve l'ancienne école d'horlogerie, mais aussi le Musée des Beaux-Arts et d'Architecture. Un superbe édifice conçu au départ comme une halle aux grains. Aujourd'hui une impressionnante architecture en béton a pris place dans la cour intérieure, et les ouvertures ont été retravaillées pour laisser entrer un maximum de lumière. On traverse ensuite de nouveau le Doubs pour sortir de la Boucle jusqu'à l'église Sainte-Madeleine. Derrière-vous sur l'autre rive, les quais Vauban. Pour terminer la visite, vous pourrez faire un petit détour par le très bel hôtel de Champagney. Et si vous en avez marre de pédaler, laissez votre bicyclette et partez à la découverte des nombreux petits passages et escaliers qui mènent au Fort Griffon.

    © Jean-Baptiste Lasserre

    « Toute la journée, j'ai été impressionnée par la beauté de l'endroit où nous sommes. Le Doubs serpente entre les falaises et les montagnes, c'est magnifique. Wouah ! Ooh ! C'est beau ! Wah ! (j'ai peut-être été un peu casse-pieds...). La ville de Besançon est vraiment chouette. Une citadelle Vauban classée à l'UNESCO, des rues piétonnes sympa, des commerces agréables... Nous avons fait une bonne pause "boulangerie" où nous avons trop mangé, puis profité d'un magasin bio pour nos deux trois légumes pour le soir »
    Chloé & Lucie - 3850 km - myatlas
    Par où commencer ?
    Besançon à l'avantage d'être très bien desservie, et notamment par le train. En effet, la gare de Besançon Viotte dans le centre-ville est un arrêt de la ligne TER Lyon-Belfort. La Gare de Besançon Franche-Comté TGV, quant à elle, relie à la fois l'Alsace, le sud de la France, Paris et la Suisse. Si vous souhaitez venir en avion, les aéroports les plus proches sont ceux de Mulhouse, Genève ou Lyon. Le petit aéroport de Dole Jura n'accueille, en effet, quasiment aucun vol intérieur.
    >> A LIRE AUSSI : partir en voyage en train ou en avion avec son vélo

    © Jean-Baptiste Lasserre
    Où se loger ?
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Entre l'offre du centre-ville et la proximité avec l'EuroVelo 6, il est assez facile de trouver le logement idéal à Besançon. L'hôtel « Le Sauvage », aménagé dans un ancien couvent au pied de la Citadelle, est parmi les plus hauts de gamme. Au bord de la véloroute, l'auberge de La Malate accueille les voyageurs à vélo. Vous trouverez aussi de nombreuses maisons d'hôtes comme Au-delà du Bogador en plein cœur de la Boucle.
    Pour faire une petite halte ou louer un vélo, faites un tour au café-vélo L'Echappée sur la place Victor Hugo. Labellisé Accueil Vélo, une partie est réservée à la restauration, une autre à la location de VAE et à la réparation, tenue par le fondateur de la marque Proxy Cycles, constructeur de cycle bisontin, mais aussi vendeur. Et pour tout autre renseignement à propos de votre séjour vélo, le Comité Départemental du Tourisme du Doubs sera ravi de vous répondre.

    Comment s'équiper ?
    © Jean-Baptiste Lasserre
    Pour parcourir Besançon à vélo, vous n'aurez pas besoin d'équipement indispensable. Selon la saison, pensez à prendre avec vous une petite gourde ou une veste de pluie. Une sacoche de guidon sera aussi idéale pour transporter votre appareil photo, que vous allez être amené à sortir souvent tant les paysages et les panoramas se prêtent à être photographiés. Un sac à dos suffira amplement à transporter le reste de vos affaires. Pensez également à vous munir d'un antivol, si vous souhaitez abandonner un peu votre chère monture et déambuler librement dans la ville. Seul défaut, il n'existe pas de système de bagagerie pour faire garder ses affaires si on veut prendre un peu de temps pour visiter la ville.

    L’article Découvrir Besançon à vélo le temps d’une journée sur l’EuroVelo 6 est apparu en premier sur Citycle.

 
Zithromax

Publicité

"));